Les romans

C’est officiel! Voici enfin la bande annonce du et le teaser du roman.






Le teaser d’Alyson





La bande annonce d’Alyson



N’hésitez pas à partager le teaser sur les réseaux sociaux pour que le rêve devienne réalité.





8 mai 2063, Willow drive, Greenport, Etats-Unis

            Shaï est une étudiante de 17 ans très stricte avec elle-même. Passionnée de sciences naturelles, celle-ci aspire à devenir une des plus grandes chirurgiennes de sa génération. Malheureusement, malgré tous ses efforts pour tracer sa propre voie, la plupart des gens la connaissent comme étant la petite fille d’Alyson Hach, légende vivante de Hollywood, la seule actrice à avoir obtenu cinq Oscars dans toute l’histoire du cinéma.

            Mais ce jour-là, sa vie bascule lorsque Lèv, son meilleur ami d’enfance, réapparaît dans sa vie et qu’elle découvre, par hasard, une incohérence génétique entre les groupes sanguins de sa mère et de ses grands-parents.

            Quel est donc ce terrible secret que détient Alyson ?

            Bien décidée à découvrir la vérité, Shaï est loin d’imaginer que toute cette histoire a commencé en France, sur la Côte d’Azur, en 2008, lorsque sa grand-mère a rencontré Frédéric, un jeune français venu du futur qui va remettre en question ses notions de possible et d’impossible…

Et si vous pouviez remonter le temps et rencontrer l’actrice de vos rêves avant que celle-ci ne devienne célèbre…

Que feriez-vous ?

Une histoire pleine de rebondissements qui donne envie de croire au destin.

Aline Zanin La plume d’Aline







Extrait : les 3 premières pages du livre

Mardi 8 mai 2063

Shaï en avait presque la nausée. Depuis qu’elle était entrée dans la maison de sa grand-mère, elle sentait le regard de cette dernière peser sur elle, comme si la vieille femme comprenait que quelque chose perturbait sa petite-fille.

En effet, la découverte que Shaï venait de faire l’avait complètement bouleversée. Elle avait encore du mal à y croire, même si la science ne laissait pas de place au doute. N’étant que lycéenne, la jeune fille avait d’abord cru à une erreur. Elle s’était fermement accrochée à cet espoir, même au bout du troisième essai. Mais son professeur de sciences naturelles lui avait confirmé que ses conclusions étaient bonnes. Il était loin d’imaginer les squelettes que sa simple confirmation venait de déterrer…

Mais, comment Shaï aurait-elle pu imaginer que sa grand-mère détenait un tel secret ?

Après lui avoir proposé un thé glacé et un petit biscuit au chocolat fait maison comme à chacune de ses visites, Alyson constata que sa petite-fille ruminait toujours de sombres pensées. Cela ne lui ressemblait pas. En fait, elle ne l’avait jamais vue si pâle et silencieuse.

— Qu’y a-t-il, ma chérie ?

La jeune fille prit un gâteau et se recroquevilla sur elle-même en s’enfonçant dans les coussins du canapé. Elle contempla le biscuit sans vraiment y prêter attention et sa respiration devint irrégulière.

— Je ne sais pas si je dois t’en parler.

— C’est absurde ! Depuis quand doit-on se cacher des choses toutes les deux ?

— Je l’ignore. À toi de me le dire, répondit-elle d’un ton accusateur.

D’abord hésitante, elle reposa le gâteau sur la table basse, puis frictionna compulsivement ses mains entre elles et ferma les yeux afin de trouver le courage de vider son sac.

— Hier soir, je suis rentrée de l’école avec un devoir de biologie.

— Tu t’inquiètes encore pour tes notes ? supposa Alyson. Tu ne devrais pas, tu es la meilleure de ta classe et je n’ai jamais vu une enfant aussi assidue que toi…

— Je ne suis plus une enfant, coupa la jeune femme, et je ne m’inquiète pas pour mes résultats.

— Dans ce cas, qu’est-ce qui te préoccupe à ce point ?

Shaï contempla le vide un instant avant de prendre une grande inspiration et d’expliquer :

— L’un des exercices consistait à comparer les groupes sanguins de différents hommes et femmes et de définir la liste de ceux possibles pour leur descendance. J’ai réussi l’exercice haut la main et, pour aller encore plus loin, je me suis amusée à faire la même chose avec les groupes sanguins des membres de notre famille.

Alyson cessa soudainement de remuer son café. Elle scruta attentivement le visage de sa petite-fille et se recula dans son fauteuil.

— Ça y est, nous y sommes, murmura la septuagénaire.

Le cœur se Shaï s’emballa en entendant ces mots.

— Alors c’est vrai ? Tout est vrai ?

Devant le silence d’Alyson, la jeune fille formula ses doutes les plus dérangeants.

— Es-tu seulement ma véritable grand-mère ? Et papy ? L’un de vous deux est-il vraiment mon parent ? Est-ce que maman a été adoptée ?

Shaï avait longuement hésité avant de lui parler de sa découverte. À 73 ans, il n’était pas très prudent de la brusquer ainsi, mais elle avait le droit de savoir. Elle observa cependant les moindres faits et gestes de sa grand-mère, à l’affût d’un quelconque signe de détresse. Elle ne voulait pas lui faire de mal ni lui rappeler de mauvais souvenirs, mais… il s’agissait de son histoire à elle aussi.

Le regard d’Alyson se perdit un instant à travers la fenêtre du salon. Elle observa ensuite l’alliance à son doigt, qu’elle ne cessait de triturer dans tous les sens. Puis, contre toute attente, elle leva ses beaux yeux verts en direction de sa petite-fille et lui adressa ce magnifique sourire que tant de monde connaissait et dont Shaï avait hérité, tout comme sa somptueuse chevelure rousse. Cette réaction si joyeuse déstabilisa complètement la jeune lycéenne.

— Dis-moi que je me trompe, la supplia-t-elle.

— Reviens me voir dans trois jours, après l’école, et je te dirai tout.

Tranquillement, Alyson se leva et emporta sa tasse et la boîte à biscuits dans la cuisine. Shaï, figée, n’y comprenait plus rien. La colère l’envahit brusquement et elle se leva à son tour, bien décidée à obtenir des explications.

— Pourquoi dans trois jours ? Et pourquoi pas maintenant ? J’ai le droit de connaître la vérité !

Sans répondre, son aïeule commença à nettoyer la tasse dans l’évier. Son expression prouvait qu’elle détenait un terrible secret, et pourtant elle continuait de sourire comme si de rien n’était. Ce n’était pas normal. Elle semblait si sereine. C’était sans doute dû à ses talents d’actrice.

— Je te dirai tout dans trois jours, ma chérie, répondit-elle calmement.

— Mais pourquoi dans trois jours ? Qu’y aura-t-il de différent par rapport à aujourd’hui ?

Alyson coupa l’eau du robinet, essuya ses mains et fit face à sa petite-fille en la prenant par les épaules.

— Ne sois pas si impatiente. Tu as pu vivre dix-sept ans sans connaître la vérité. Tu peux bien attendre encore trois petits jours.

Shaï se résigna. Quand sa grand-mère affichait cet air déterminé, elle savait que c’était perdu d’avance.

— Est-ce que maman est au courant ? Tu peux au moins me dire ça, non ?

— Dans trois jours, Shaï.

— D’accord mamy, répondit-elle après un long silence, déçue.

— Allez, rentre chez toi, ma puce. Tes parents vont finir par t’attendre pour dîner.

La jeune fille acquiesça, les larmes aux yeux. Le cœur d’Alyson se déchira face à tant de détresse. Elle la prit dans ses bras et murmura :

— Trois petits jours de rien du tout.

Shaï finit par quitter l’étreinte rassurante de son aïeule. Elle essuya son visage, salua sa grand-mère et s’évada brusquement de chez elle.

Appuyée sur le rebord de l’évier, la vieille femme observa l’adolescente s’éloigner de la maison par la fenêtre de la cuisine. A voix basse, elle tenta alors de se rassurer : « Nous y sommes enfin. Aie confiance. »